Conférence Informatique et Egyptologie 2008

Synthèse rapportée de Vienne par Vincent Euverte, pour l'équipe du projet Rosette

Deux ans après le congrès d'Oxford, le groupe "Informatique et Egyptologie", émanation de l’Association Internationale d’Egyptologie, s’est retrouvé au Kunsthistorisches Museum de Vienne (Autriche).

Sa mission reste la même : l’utilisation pertinente des outils informatiques en égyptologie. Depuis 1984, cette conférence présente tous les deux ans ses travaux et réflexions.

L’informatique est devenu un outil incontournable dans la recherche égyptologique que ce soit pour l’archéologie, les logiciels hiéroglyphiques, la gestion d’inventaire des musées, la collection lexicographique, etc... Cette année, quelques nouveautés ont fait surface, avec une mention toute particulière sur l'utilisation de la modélisation 3D. Par contre, la muséographie a été curieusement absente de cette réunion.
Une quarantaine de spécialistes en égyptologie et en informatique ont échangé sur l'avancement significatif dans de nombreux domaines.

Accueillis par Nigel Strudwick (British Museum), coordonateur de ce groupe Informatique et Egyptologie, et par Regina Hölzl (Kunsthistorisches Museum), qui a su assurer une logistique irréprochable, les participants ont pu non seulement apprécier le confort d'une belle salle de conférence, mais également circuler à leur aise dans le musée, voir l'exposition temporaire "Trésors de Toutankhamon", et même visiter les archives du musée, qui regorge de sarcophages et de momies, dans des locaux fort bien aménagés.

L'agenda de la conférence et le résumé (en anglais) des interventions sont sur le site de la conférence.




Modélisation et Animation

Les possibilités offertes par l'informatique semblent n'avoir aucune limite. La modélisation en trois dimensions permet des analyses et des restitutions dont nous n'aurions même pas rêvé il y a dix ans.

Robert Vergnieux (CNRS Bordeaux)

L'usage de la 3D en Egyptologie
Deux rôles essentiels : 1) Copier l'existant. 2) Restituer les éléments disparus.
Une démonstration époustouflante de la restitution du Circus Maximus de Rome, directement intégré dans Google Earth, avec accès direct aux documents source des moindres détails disponibles.
A signaler également le projet ArchéoGrid déjà en cours de sauvegarde du patrimoine électronique.
Voir le site Ausonius


Elaine A. Sullivan (UCLA Anthropology)

Une offrande à Amon-Rê : une reconstruction en réalité virtuelle du temple de Karnak
Le Centre des Technologies Expérimentales de Los Angeles développe des simultaions époustouflantes, et vise à les distribuer sur Internet. Cette diffusion se heurte pour l'instant à la disponibilité des logiciels nécessaires du côté du visiteur, en particulier des problèmes d''Operating System.
Il existe cependant déjà des programmes gratuits permettant d'intégrer des scripts de VR 3D directement dans Google Earth.
Nous avons également eu droit à des modélisations 3D navigables de la Chapelle Blanche et de la Chapelle Rouge, incluant les bas-reliefs !

Derek Raine et Sarah Symons (Leicester)

Systèmes complexes : modèles "agent based" de l'Ancienne Egypte
Cette modélisation par "agents" permet de représenter la complexité des comportements en utilisant des règles simples.
Un paradoxe ressort de cette approche : trop d'information (niveau global) finit par étouffer l'émergence, alors qu'une information locale la promeut.


Textes : corpus et traitement


Vincent Razanajao (IFAO Caire et Montpellier)

Le corpus électronique de textes de l'Ancienne Egypte : traitement XML des processions des dieux Nils
Cette toponymie cultuelle classe les processions selon différents critères : géographique, hydrologique et économique.
Le projet propose également une norme DTD en XML pour l'égyptologie.

Jörg Grützkau (ACS GmbH)

Textes hiéroglyphiques et XML
Deux thèmes clefs : Coopération et Interactivité : le format XML pourrait servir utilement à la conservation à long terme et à la portabilité des textes hiéroglyphiques.

Jean Winand (Liège) et Serge Rosmorduc (Paris 8)

Projet @Ramsès : un corpus des textes néo-égyptiens
Ce projet ambitieux de collecte de tous les textes néo-égyptiens, assortis d'une analyse épigraphique et philologique très struturée se voit doter de moyens financiers généreux (1 million d'euros sur 5 ans). Vue la qualification de ses membres, il a donc toutes les chances de fournir une œuvre fondamentale utile à tous les chercheurs.

Michael Everson (Evertype)

Yod, Unicode et l'encodage de l'Ancien Egyptien
Le Yod manque toujours dans les caractères proposés par l'Unicode. Il est temps d'y remédier.
L'inclusion d'un millier de hiéroglyphes dans la norme Unicode est chose faite ... mais nécessitera environ deux années de validation avant d'être définitive.
Pour aller plus loin, voir le site EGPZ (Saqqara Technology).

Mark-Jan Nederhof (St Andrews)

AELign : alignement automatic entre translittération t hiéroglyphes
Mark-Jan développe depuis de nombreuses années des concepts novateurs dans le domaine du traitement des textes hiéroglyphiques. Son site est empli de richesses méconnues, dont une impressionnante collection de textes traduits.

Bases de données

Hana Navratilova (Prague)

Base bibliographique des textes de la Première Période Intermédiaire
La structure très élaborée de cette base de données sépare quatre sections bien différenciées : description physique, positionnement des textes, bibliographie, autres informations.

Claus Jurman (Vienne)

Prosopographie et analyse des monuments avec la base de données "Memphite Late Period"
Cette base de données construite en MS-Access n'est pour l'instant disponible qu'en allemand. La généalogie est traitée sous Visio. A noter que le MET n'est pas suffisamment précis pour répondre aux besoins de cette étude et a été écarté.

Horst Beinlich (Würsburg)

Base de données SERaT
SERaT est un outil de recherche des scènes cultuelles, permettant de mettre en évidence les symétries et oppositions dans une dizaine de temples ptolémaiques.
La base de données SERaT est désormains disponible sur Internet, incluant environ 10,000 photos originales (non encore trouvées).
Il est surprenant de constater que bien que programmée en DOS, elle résiste fort bien aux assauts du temps et s'enrichit continuellement.
Un lexique en ligne est disponible également, avec références au Wörterbuc.h

Svenja A. Gülden (Cologne)

Trismegistos, un portail interdisciplinaire de ressources papyrologiques et épigraphiques
L'application Trismegistos rassemble les informations de quatorze bases de données différentes, assurant la cohérence du format et du contenu.Elle est en ligne depuis 2006 et a été nettement améliorée début 2008. A signlarer son remarquable écran de recherche multi-critères.

Images, Bibliographies et Outils

Marcus Müller (Bonn)

Encodage des vignettes du Livre des Morts
Un effort important de collecte des innombrables vignettes du Livre des Morts, rassemblées dans une base de données structurée pour permettre des recherches et analyses croisées.

Vincent Euverte (Projet Rosette)

Projet Rosette : une assistance informatique pour l'étudiant, l'épigraphiste et le philologue
Deux ans après Oxford, nous avons fait le bilan des progrés accomplis, et obtenus de cette assemblée de professionnels la confirmation que nous étions sur la bonne voie.
Quelques commentaires constructifs et de nouvelles idées viendront rapidement ajuster certaines de nos priorités : analyse sémantique, portabilité XML, cohérence et extension des fontes, ...

A votre disposition, la présentation Powerpoint qui a servi de support à notre exposé.

Willem Hovestreydt (AEB)

The Annual Egyptological Bibliography : récents et derniers développements
Ce superbe compendium, que les chercheurs et les égyptologues professionnels consultent quotidiennement, a connu deux avancées majeures : sa diffusion par CD-Rom, et plus récemment sur Internet.
Souffrant d'une insuffisance chronique de fonds, l'association est en difficulté financière, malgré un nombre inattendu de souscripteurs institutionnels.
"

Edward Loring (CESRAS)

<Partage d'images sur Internet
Edward Loring fut malheureusement absent pour animer ce débat qu'il avait initié. Mais Nigel Strudwick nous a lu son texte sur la diffusion en domaine public d'images sur Internet.
Le CESRAS a déjà mis en ligne une grande collection, accessible par un moteur de recherche assez performant.


Quelques à-côtés de la conférence

Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait (Mark Twain)